Derrière la création du Self Love Bujoy ❤️

Helllooooo tout le monde ! 🌞

Comment se passe ce début de semaine pour vous ? De mon côté elle a plutôt bien commencé puisque hier j’ai enfin validé le BAT du Self Love Bujoy, ils vont donc arriver très bientôt 🙂

Pour vous donner une petite définition, le BAT veut dire “Bon à tirer” c’est un PDF que l’imprimeur vous envoie pour vous assurer que tout est à sa place, les traits de coupe et les marges. Il permet aussi de vérifier les couleurs car selon les caractéristiques que vous utilisez avec votre logiciel, elles peuvent être modifiées avec les options de sorties de l’imprimeur. C’est pour ça qu’on peut facilement se prendre la tête pour télécharger le bon profil de sortie, l’installer sur l’ordi et sur le logiciel puis corriger toutes les surimpressions (effet de transparence sur une image ou un texte alors qu’il n’est pas du tout censé être là) et ça peut facilement prendre quatre heures. Oui c’est ce qui m’est arrivé. Toute une matinée à checker tous les détails du PDf pour être sûr qu’il sortira bien et à faire pas moins de 4 allers retours de BAT parce que j’oubliais des petits détails à chaque fois (genre des traits d’union). Mais après avoir obtenu la haine de mon imprimeur, j’ai fini par le valider.

Et cette petite anecdote m’a donné envie de vous raconter comment j’ai créé le Self Love Bujoy.

Après avoir imprimé mes 5 premiers modèles, le Classic Bujoy et le Maxi Bujoy ont très vite été en rupture de stock (en quelques semaines à peine) et je pensais déjà à agrandir la famille. Je souhaitais un carnet qui n’était pas dédié à l’organisation mais à quelque chose qui vous tenait à coeur, qui était important et qui parlerait au plus grand nombre. Alors, j’ai pensé au développement personnel. C’est vrai, quoi de plus d’actualité en ce moment que le développement personnel ?

Je sais que le confinement a été (et est toujours) vraiment difficile à vivre pour beaucoup d’entre nous à des degrés plus ou moins importants et nombreuses sont les personnes qui ont cherché un peu de réconfort en cette période. Cela m’a inspiré pour créer cet objet de réconfort, un carnet auquel on peut se confier, qui nous pose des questions essentielles : “est-ce que j’aime passer du temps avec moi-même ?” ou “qu’est-ce que je dois absolument garder dans mon quotidien ?”. J’ai pensé à des questions auxquelles on devraient répondre si on était en thérapie pour nous aider à avancer et je trouve ça d’autant plus fort de confier ces réponses à un carnet qu’à une personne car lorsqu’on l’écrit à soi-même, c’est concret et surtout, c’est vrai.

 

Voilà le but du Self Love Bujoy, un carnet qui va vous inciter à être honnête avec vous même et vous faire du bien avec l’écriture thérapie.

D’ailleurs, on fait un petit point sur l’écriture thérapie ? 

Depuis toujours, j’écris. Je tiens des journaux intimes depuis que j’ai 8 ans et j’en ai plein qui me suivent au fil de ma vie, des fois j’arrête pendant 2 ans, des fois j’écris de façon compulsive pendant des mois. Ce qui me motive à écrire, c’est la souffrance, le mal-être. Je ne ressens jamais le besoin d’écrire lorsque je vais bien car ce sont des moments où je vis pleinement, où je suis concentrée sur mes projets. Mais lorsque je me sens seule, que je suis très anxieuse ou que j’ai du mal à communiquer, une seule solution pour moi, l’écriture.

Au début, on écrit ce qu’on ressent, que la vie est pourrie, qu’on est nulles et moches et puis au fur et à mesure des mots on se pose des questions, on prend du recul et nos émotions s’apaisent. Dans les lignes qu’on écrit, on fait des bilans, on se promet de ne pas refaire certaines erreurs, on expulse sa colère et une fois que c’est terminé, on est libérées ! Ça va mieux, on se sent plus légères, on a écrit tout ce qui était dans notre tête et on sent qu’on a fait le tour, alors on peut s’endormir tranquillement et demain sera un autre jour. L’écriture peut aussi servir à concrétiser les choses bien qui nous sont arrivées dans la vie, à se concentrer sur les choses positives. J’ai alors intégré pour parler de ces belles choses, les pages de gratitudes.

 

Le principe des pages de gratitude, c’est quoi ? 

Il s’agit de voir le positif le plus souvent possible, même dans les journées les plus pourries. Pour chaque jour de l’année, il y a une ligne qui vous laisse la place d’écrire un petit truc de positif qui vous est arrivé dans la journée. Par exemple, avoir commencé la journée avec un croissant et un cappucino ou être arrivée pile poil à l’heure pour prendre le bus. Il y a toujours des choses positives et c’est en se focalisant là dessus qu’on arrive petit à petit à être optimiste. À force de prendre cette habitude, d’écrire tous les jours une chose positive, on façonne son esprit et naturellement, on pensera positif. Et pour continuer sur cette lancée, il m’a semblé important d’utiliser l’écriture pour lutter contre quelque chose qui nous concerne toutes, les complexes.

Qu’est-ce qu’on fait pour accepter son corps ?

Bon, se sentir bien dans sa tête c’est vraiment super et primordial mais est-ce possible sans se sentir bien dans son corps ? Lors de la création du Self Love Bujoy, je ne voulais rien mettre qui touche à l’apparence car je trouvais ça superflu. Puis en y réfléchissant, j’ai compris que même si on était pas du genre à faire des selfies toute la journée, on a toutes certains complexes et on les vit toutes de façon différente. Aujourd’hui, j’ai des complexes qui ne m’empêchent pas de vivre ou de m’habiller de telle ou telle façon mais il fut une époque où j’étais tellement complexée que je refusais de me mettre en maillot devant les copains. En été, je portais toujours des manches longues et pantalon, je ratais toutes les sorties plage/piscine et même certaines colonies de rêve dans des supers pays parce qu’il y avait trop d’activités ou on devait être en maillot.

Alors l’apparence peut paraître futile mais aujourd’hui elle est au coeur de la société et elle a un fort impact sur notre confiance en soi. Alors, qu’est-ce que je propose ?

 

 

À gauche, une page pour prendre soin de vous avec les produits que vous aimez utiliser selon les saisons. Sur votre visage, votre corps, vos cheveux et sous la douche. Ce sont des produits qui peuvent vite être associés au petit bonheur du quotidien, par exemple le petit gel douche senteur monoï en été ou le baume à lèvres au miel en hiver, ça nous réconforte au quotidien. Et à droite, une page d’exercices pour lutter contre ses complexes. Il y a d’abord quelques questions pour prendre du recul et comprendre ses complexes, par exemple “à qui est-ce que je me compare physiquement, pourquoi ?” ou encore “qu’est-ce que j’ai fait de plus stupide façe à mes complexes ?”. Puis, un exercice à faire sur le long terme comme dire à haute voix ce qu’on aime chez soi, tous les jours devant un miroir. Il y a pour chaque saison, une double page dédiée à ses complexes pour évoluer tout au long de l’année et bien sûr à chaque fois, un espace pour faire un bilan.

 

Et pour aller encore plus loin, je dédie une partie aux réseaux sociaux qui sont carrément nocif pour notre estime de soi ! Mais je garde tout ça pour un prochain article, restez connectées !

On se dit à très vite et bonne fin de semaine,

Bisous,

Audrey ❤️

 

 

 

About the author

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *