Quel bilan cinéma pour 2021 ? 🎬

Il faut bien l’avouer, 2021 n’a pas été l’année la plus riche en découvertes cinématographiques pour moi mais il y a deux trois œuvres qui valaient vraiment le coup d’être découvertes. Alors je vous ai fait mon petit top 5 des œuvres découvertes cette année et dont j’ai envie de vous parler.

Numéro 5 : The French Dispatch de Wes Anderson

Le tout dernier film de Wes Anderson est sorti en octobre et n’étant pas une très grande fan de ce réalisateur, je voulais à tout prix voir The French Dispatch pour savoir s’il allait déroger à la règle. Et bien non. Je ne l’ai malheureusement pas aimé, comme presque tous les autres films de Wes Anderson. The French Dispatch, c’est un recueil d’histoires racontées à l’écran. Comme pour tous les films du réalisateur, l’univers graphique est sublime. Les couleurs sont belles, les décors et les costumes sont réussis et les passages d’animation entre les prises de vues réelles sont très appréciés. Son univers graphique est à mon sens sa plus grande force car il est totalement irréprochable, original et pertinent. Malheureusement, si la forme est très belle, le fond lui est très décousu. La première histoire de The French Dispatch met en scène un psychopathe détenu, Moses Rosenthaler, qui se met à la peinture et  qui a comme muse une gardienne qu’il peint sous toutes ses formes. Au fil de l’histoire, Moses deviendra connu grâce à ses peintures.  C’est la seule histoire qui m’a plu parmi les trois présentées. La seconde raconte une sorte de mai 68 mettant en scène une révolte étudiante et la troisième concerne l’enlèvement du fils du commissaire par un chauffeur. J’ai eu beaucoup de mal à rentrer dans ces histoires qui sont tout de même assez confuses, presque présentées sous forme de rêves et il faut avouer que je ne suis pas du tout à l’aise avec ce genre de réalisation où tout n’est pas clair. L’avantage de ce visionnage, c’est que j’ai été tellement déçu par ce dernier film de Wes Anderson que j’ai tenu à en regarder un autre dans la foulée, son plus célèbre film : The Grand Budapest Hotel. Et contre toute attente, je l’ai grandement apprécié. C’est le premier et seul film de Wes Anderson qui m’a plu jusqu’ici et j’espère bien pouvoir en découvrir d’autres.

 

 

Numéro 4 :  House of Gucci de Ridley Scott

Quelle déception pour House of Gucci… Le casting était totalement prometteur, entre Lady Gaga, Jared Leto, Salma Hayek ou encore Adam River et avec Ridley Scott aux commandes, on aurait du mal à imaginer que cela puisse donner un navet.  Bon… Je n’oserai pas dire que c’est un navet, mais quand même, presque 3 heures de film et rien. Il n’y a pas d’intrigue, pas de moment d’action prenant, pas de suspense, rien qui puisse nous tenir en haleine. House of Gucci c’est donc l’histoire de la famille Gucci et plus particulièrement l’histoire du fils héritier Maurizio Gucci et son épouse Patrizia Reggiani, ravie d’intégrer la famille et de porter le nom de Gucci. Alors, nous sommes face à des conflits familiaux, des trahisons, des interêts et tout ce qu’on peut bien imaginer lorsqu’on a entre les mains une entreprise familiale aussi prestigieuse que celle-ci mais nous sommes bien loin des espoirs portés  sur ce film lorsque nous avons lu le synopsis qui nous promettait une histoire vraie et palpitante de l’assassinat de Maurizio Gucci par son épouse. Seul point positif, Jared Leto qui interprète Paolo Gucci et que je trouve totalement fabuleux dans ce rôle.

 

Numéro 3 : Friends : les retrouvailles de Ben Winston

Et oui, je me devais de vous en parler car je suis une grande fan de Friends. J’y ai même mis quelques références dans le Maxi Bujoy 2022 et le Self Love Bujoy. Beaucoup de personnes ont été terriblement déçues de ce petit documentaire le décrivant comme une pure opération marketing ou même une arnaque, ce que je comprend totalement mais ce n’est pas un point de vue que je partage. Je savais bien à quoi m’attendre lorsque j’ai pris connaissance de cet “ultime épisode”, il s’agissait d’une sorte de réunion avec les six principaux acteurs de Friends et des guests stars. Ils nous racontent des petites anecdotes du tournage, des petites histoires et je dois avouer que j’ai eu le sourire aux lèvres un bon moment tellement j’ai trouvé chouette de retrouver les personnages qui m’ont accompagnés durant toutes ces années et qui m’ont apporté un tel réconfort. Alors bien sûr, ce n’est pas une suite, ce n’est pas un film, mais c’est un bon moment à passer devant de vieux souvenirs.

 

Numéro 2 : Luca de Enrico Casarosa (Pixar)

Le cinéma d’animation c’est LE cinéma que je préfère. Je ne saurais comment vous l’expliquer, toutes ces couleurs, ces dessins, ça me fascine, je trouve ça tellement beau. (Petite mention spéciale à Miyazaki d’ailleurs qui est certainement le réalisateur qui m’apaise le plus à travers ses films.) Mais passons, aujourd’hui c’est du dernier Pixar sorti, le long-métrage Luca dont nous allons parler. Luca c’est l’histoire de deux jeunes garçons qui sont des monstres marins et qui souhaitent vivre comme les terriens (un petit déjà vu dans la Petite Sirène non ?) tout l’été en Italie avec comme but ultime obtenir une Vespa. Et c’est franchement mignon comme tout. On a déjà une belle histoire d’amitié et de solidarité, de l’humour à la Pixar dont je ne me lasserai jamais et des dessins splendides comme ils savent bien le faire. Bien sûr, nous avons également à la fin une morale, car durant leur aventure ils rencontrent une jeune fille, Giulia, qu’ils vont aider à gagner un triathlon un peu particulier (nager, manger le plus de pâtes possible, vélo) pour obtenir leur Vespa et malgré le fait qu’ils soient des monstres marins, ils montrent les mêmes qualités que les habitants de ce petit village, l’humanité et l’entraide. On est donc sur une fin qui prône l’acceptation de tous en prenant en compte nos similitudes plutôt que nos différences car l’union fait la force. Du Pixar tout craché quoi.

Numéro 1 : BAC Nord de Cédric Jimenez

Alors. BAC Nord, ça a vraiment été mon coup de cœur de cette année. Je suis allée le voir complètement par hasard un jour pluvieux durant mon périple à vélo et je n’avais franchement aucune idée de ce qui m’attendait. BAC Nord, c’est l’histoire de trois policiers qui font partis de la BAC à Marseille et qui veulent démanteler un des plus gros réseau de drogues de la cité. Comme tous les films qui parlent de cités, de racailles, de drogues ou de ripoux, on est toujours en droit de se demander “mais, est-ce que ce n’est pas un peu de la propagande de faire un film comme ça ?”. Je n’aborderai pas cette problématique aujourd’hui. En revanche, j’ai envie de partager avec vous tout ce que j’ai ressenti devant ce film. On est pris dans l’action de la première à la dernière minute. On ne respire plus, on a peur, on angoisse, on compatis, on est triste, on souris, ce film nous prend aux tripes et c’est vraiment ce qui m’a plu. On suit ce trio de policiers durant toute leur stratégie pour tenter de détruire ce réseau, on rencontre les indics, on est invités à rentrer dans cette cité qui nous est à la fois hostile et fascinante et on ose à peine cligner des yeux de peur de manquer un passage. Les acteurs jouent vraiment leur rôle avec brio, j’accorde une mention spéciale à François Civil qui joue le rôle d’Antoine et que j’ai trouvé sublime. Et bien sûr, ce qui ne gâche rien lorsque l’on est déjà secoué par un tel moment d’émotions c’est lorsqu’à la fin on nous ramène à la réalité en nous décrivant la situation des policiers reconvertis aujourd’hui et malgré le message qui nous est adressé à l’écran au début du film et qui nous demande de ne pas porter de jugement sur cette histoire, on ne peut s’empêcher de penser au jugement qui a été donné, au sort des personnages qu’on aurait voulu sauver et on en parle des heures encore après être sorti de la salle.

 

Et vous, c’était quoi votre film coup de cœur cette année ?

 

J’espère que cet article vous aura plus, n’hésitez pas à partager vos avis en commentaires et en attendant je vous dis à dimanche prochain.

Plein de bisous,

Audrey ❤️

About the author

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *